Visiteurs

actualite et medias
compteur web

Pages

Eric Dubois

 

Eric Dubois est né en 1966 à Paris. Auteur de plusieurs ouvrages de poésie aux éditions Le Manuscrit, Encres Vives, Hélices, l'Harmattan, Publie.net .Responsable de la revue de poésie en ligne « Le Capital des Mots ». Blogueur : « Les tribulations d'Eric Dubois ». Chroniqueur dans l'émission « Le lire et le dire » sur Fréquence Paris Plurielle (106.3 fm Paris) depuis 2010.

 

 

 

Publié par ERIC DUBOIS

Dans le cadre des vases communicants d’avril 2012

 

Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre...

 

 

Éric Dubois m’a fait une petite place, pardon a fait une place à un épisode de la vie de W, dit Monsieur Châ.

 

Un chat a toujours sept vies, dit-on.

Moi, je ne sais pas trop quelle vie je suis en train de vivre. Ma dernière ou ma cinquième. Ce chiffre me plaît. En effet, c’est le milieu de la somme des neufs nombres (en plus, je vous prouve que je suis un chat érudit). Donc, aujourd’hui, je suis dans ma cinquième vie. Et personne ne me contredit, s’il vous plaît.

 

Et tout ce que je sais, c’est que je suis très bien dans ma vie d’aujourd'hui.

 

J’ai été recueilli chaton par Clémence, juste cinq ans jour pour jour avant son départ vers les pays baltes pour aller chercher l’enfant (je vous parlerais de l’enfant plus tard) à l’orphelinat (encore un autre chapitre de notre histoire, à l’enfant et à moi, Monsieur Châ).

 

Quand je dis chaton, vraiment petit petit petit chaton.

Je m’en rappelle très bien ou plutôt j’ai tellement entendu Clémence raconter mon histoire que je la connais par cœur et à chaque fois, les larmes coulent sur mon museau. (Arrêtez de sourire, un chat, cela pleure aussi.)

 

Donc, un soir de fin avril, un temps bizarre, entre giboulées de mars attardées et joli mois de mai, fais ce qu’il te plaît, en cette année 2004, celle qui était ma mère m’avait déposé devant la porte de la chambre où Clémence était alitée. Trois semaines qu’elle essayait de réparer sa jambe cassée et le temps ne passait pas. Donc tout le temps de s’occuper de moi, qu'’elle appela W mais à l’arrivée de l’enfant je deviens pour lui Monsieur Châ. Cela me posa. Mais revenons à mon arrivée et au début de ma vie dans cette maison. Pour moi, elle prit le temps, plus de dix fois par jour, de me donner le biberon. Et le biberon, devinez, c’était une seringue de vingt millilitres, seringue récupérée après le passage de l’infirmière. Une vie de pacha.

Je me la coulais douce et cela m’est un peu resté. Je veux bien l’admettre. Ma devise date du temps des lectures de Clémence : « La vie est une sorte de machine à voyager dans le temps1. »

 

Sans me vanter, je suis devenu un beau chaton puis un chat bien proportionné. N’allez pas croire que j’étais un chat pataud, rondouillard, craintif, peureux, sujet à l’embonpoint. Non, pas du tout. J’aime l’exercice physique et la sieste. Je m’en donne toujours à cœur joie dans le jardin. Mais parfois, je m’ennuie un peu, la chienne ne veut pas jouer tout le temps avec moi, les oiseaux s’envolent quand je m’approche, parfois Clémence me crie dessus quand je vais gratter dans le potager. En bref, une vraie vie de chat adulé et un peu capricieux, je veux bien en convenir.

 

Mon grand luxe, passer la plupart de mon temps, calé, collé dans le dos de Clémence ou de l’homme de la maison à attendre que le temps passe.

 

Puis un jour, branle-bas de combat dans la maison. Tout d’un coup, beaucoup d’effervescence, d’agitation et même celui que l’enfant allait appeler avec délectation Grand-père est là de bon matin, s’agite, fait à peine attention à moi (crime de lèse-majesté, je vous rappelle que je suis le roi de cette maison). La maison bourdonne de partout et ma seule solution, aller me refugier dans le chêne, pour surveiller tous ces allées et venues et essayer de comprendre. Car on ne me dit rien. J’ai même l’impression que l’on baisse la voix quand j’arrive à l’improviste, pour venir prendre des forces.

 

Une cloison qui se monte, une nouvelle porte qui s’ouvre sur le couloir à l’étage, des rouleaux de papier peint qui se collent aux murs de la nouvelle pièce, une frise d’éléphants volants qui la ceinture.

 

Quelle agitation et surtout Clémence qui se met à parler chinois, pardon croate (j’ai appris bien plus tard le nom de cette drôle de langue). Des « hello, hvala ti, mačka, pas, sunce, dijete, jesti, spavati2…. » et plein d’autres mots qu'’elle répète, pardon qu'’ils répètent tous. Et tout cela les rend joyeux et moi, je me sens abandonné.

 

Pstttt… je reprends le cours de mon récit que j’avais complètement oublié dans un tiroir. Je viens juste de le sauver de la poubelle. C’est le ménage de printemps ce week-end et gare à mes puces, façon de parler.

J’en ai encore des choses à raconter. Car il s’est presque passé trois ans depuis l'arrivée de l’enfant… l’enfant roi qui m’appelle le Châ et qui lui, s’appelle Milan-Alexis.

 

Mais c’est une autre histoire qu’il va bientôt pouvoir écrire lui-même.

 

 

© 2012 - 32 Octobre

 

 

Derrière ce nom, je préfère me cacher.

Car il y a eu un avant et un après et j’espère qu’il y aura encore plus d’après-demain.

 

Des mots que j’ai pris l’habitude de poser depuis des années, sur des cahiers, carnets qui sont encore là ou se sont perdus au fil des déménagements ou des ruptures de vie et depuis près de treize ans dans mon ordinateur.

 

Toujours autant envie de poser mes mots, après avoir appris à les partager ici ou dans des ateliers d’écriture, j’aime les offrir pour essayer de faire connaître mon drôle d’univers. Écrire pour avancer et partager, pourrait être ma devise.

 

1 Philippe Geluck

2 Bonjour, merci, chat, chien, soleil, enfant, manger, dormir

 

 

 

******

 

  

Vous trouverez sur le blog de  32 Octobre

 

http://jetonslencre.blogspot.com/


un texte d'Eric Dubois ( à la date du 6  Avril  2012) dans le cadre des Vases Communicants d'Avril  2012 .

 

 

Plus d'infos sur les Vases communicants :

 

http://www.liminaire.fr/spip.php?article1148

 

La listes des blogs participant aux Vases Communicants d'Avril  2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  http://rendezvousdesvases.blogs

 

 


Commenter cet article

32 Octobre 06/04/2012


merci de la place accordée parmi tous vos textes


qui m'interpellent beaucoup

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog