Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les tribulations d'Éric Dubois- Journal de poésie animé par Eric Dubois.

QUESTIONS A ... PIERRE KOBEL

24 Janvier 2013, 19:14pm

Publié par ERIC DUBOIS

 

1) Comment avez-vous découvert la poésie et les poètes ?

 

J'ai approché la poésie à l'école. J'aimais « réciter ». Mais ce n'était qu'un intérêt très approximatif, celui d'un bon élève. C'est au lycée que j'ai commencé à m'intéresser à des poètes à travers des anthologies.

 

2) Quels poètes aimez-vous et pourquoi ?

 

J'ai des goûts très éclectiques et une curiosité sans frontières de temps et d'espace. Mes premières préférences furent pour Prévert et Éluard. J'ai toujours une profonde attache pour ce dernier. Ensuite sont venus Saint-John Perse et René Char. Le premier pour la hauteur de son écriture, sa langue imparable, le second pour son invention, son engagement total en poésie. J'ai des attaches très fortes pour Thierry Metz à qui je reviens souvent, pour Pierre-Albert Jourdan, pour Charles Juliet mais aussi dans d'autres voies pour André Laude que j'ai croisé furtivement mais qui m'occupe beaucoup aujourd'hui. Un intérêt soutenu pour Desnos qui mérite plus que sa réputation actuelle. Une place centrale pour Claude Roy qui est, à mes yeux, la figure du poète tel que je pourrais souhaiter l'être. Plus proches de nous, j'apprécie à des degrés divers nombre de poètes contemporains dont je me nourris par la lecture et les rencontres.

 

3) Depuis quand écrivez-vous de la poésie ? 

 

J'ai commencé à écrire à l'âge de 17 ans dans une veine très imitative.

 

4) Depuis quand publiez-vous de la poésie ?

 

Mes premiers poèmes publiés l'ont été dans la revue Résurrection en 1978. Une revue à laquelle je suis resté fidèle durant 30 ans jusqu'à sa fin en 2008 après la mort de son fondateur, Jean Cussat-Blanc.

 

 

5) Comment définiriez-vous la poésie ?

 

Je ne crois pas à une définition unique. La poésie aujourd'hui est faite de multiples voies et voix. C'est un ensemble composite, mouvant qui se renouvelle et se cherche en permanence. Je prendrai l'image d'un immense puzzle dont on ne voit pas la fin, dont chaque part ouvre sur un autre champ. J'aime découvrir les écritures des autres mais je n'ai jamais été un bon analyste. Je fais de la poésie plutôt une approche de photographe, cherchant à saisir « les vers décisifs ». Une règle : ne jamais oublier la primauté du langage. Deux rejets : la poétisation et la poésie comme thérapie.

 

 

 

 

 

Pour plus d'infos bio-bibliographiques :



pk20121015-copie-1.jpg Pierre Kobel

 

  ***********************************************************************************************************************

 

 

 

 

 

 

Pour faire un mur
il me faut la patience
la longue durée de l'anticipation
un jour durable et ancien

 

Il me faut la vie tout entière
les pierres plates de la main
les gestes mesurés
pour faire un mur

 

Et j'adosse le vivant à la terre
Je m'installe dans la nudité du mot
Je n'ai de regard que celui du silence


De quelle étoile sommes-nous l'infime part ?
À quelle unité du vide retournerons-nous ?

 

 

 

PPierre Kobel

Commenter cet article