Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les tribulations d'Éric Dubois. Journal de poésie.

LA BELLE AU BOIS DORMANT ( Eloge de la poésie et des poètes)

14 Janvier 2010, 15:37pm

Publié par ERIC DUBOIS


 

 

 

Les poètes écrivent moins que les romanciers, ils écrivent avec prudence, économie et
une certaine recherche dans le langage. Les romanciers ont tendance à « pisser » de la copie  **,

à se complaire dans des descriptions trop longues ou bien dans des dialogues trop démonstratifs. Les romans, de nos jours, ressemblent à des synopsis de films, étirés pour faire

deux cents pages. Le romancier devient plus un scénariste « élaboré » qu'un prosateur

usant d'un style particulier. Il est loin le temps des Céline et des Fante, des Vian et des Bukowski, des Garcia Marquez et des Duras. On peut regretter l'impersonnalité du Nouveau Roman en son temps qui avait décidé de détruire les personnages, la narration et l'auteur.

Il y a encore de bons romanciers mais plus de romanciers géniaux. Ou si peu. Il y a des raconteurs d'histoire mais très peu d'écrivains.


Il faut rechercher les écrivains parmi les poètes. Comme l' écrit Emmanuel Berland dans le numéro 2 de la revue Esprits Poétiques ( Hélices) (1) « La paroles est neuve et béante. Les fruits de l'arbre à poèmes ne resteront pas éternellement sur la branche ». Le poète est le gardien du langage, c'est lui qui le sauve de l'oubli et des vicissitudes du temps et de la mode. «  La poésie n'est pas rare, à l'origine, elle n'a donc pas de valeur marchande. Essayez de vendre le ciel, le vent, la poésie indispensable! ».

 

C'est bien cela le problème, le « peu de valeur » ( marchande) de la poésie qui est ignorée ou presque des grands médias. On reconnaît les vertus d'invention de la poésie, certaines de ses qualités comme le travail sur la langue et le langage, qui ont permis à la littérature mondiale d'évoluer, mais on ne la met pas plus en avant!


Comme l'écrit David Réguer dans un article intitulé «  Vous en connaissez des poètes célèbres et vivants? Moi, pas... » publié sur Lepost.fr (2)  :


«  La poésie est un art majeur dans un monde mineur. (…) plusieurs raisons le mettent au pilori des exclus de la célébrité, dont en voici quelques-unes…

  • Un poème ne se décline pas en produits dérivés, on n’en fait guère un scénario, une série TV, une BD ou un film ;

  • Un poème, c’est un brin ringard, cela renvoie à l’école, à la récitation, à l’image d’un prof, encore un métier de perdants dans un monde d’étincelles...(...) Un poème, ça ne se récite pas sur un plateau télé, ou alors seulement un mot, un vers, pour faire mine d’être cultivé… On cite souvent un poète mort, voilà tout. (…) Les poètes sont parmi les grands perdants de notre siècle. Ils se sont fait déclasser.  »

Jacques Roubaud l'écrit également dans le dernier numéro du Monde Diplomatique ( Janvier 2010) dans « Obstination de la poésie »: « Son insignifiance économique la condamne à l'obscurité.. » Des revues de poésie disparaissent, d'autres apparaissent, des poètes abandonnent la poésie pour passer au roman, d'autres investissent la toile dans les sites et les blogs attirant ainsi beaucoup plus de lecteurs que par le biais du recueil ou de la revue sur support papier. Je ne cesse de le répéter depuis deux ans sur Bibliobs * : la poésie contemporaine en France se meurt, mais n'est pas encore morte, elle est dans le coma ou dans un sommeil qui la confine à l'oubli, c'est au lecteur lambda et citoyen, de la réveiller! La poésie ou la Belle au Bois dormant !



ERIC DUBOIS




(1) http://helices.fr

(2) http://www.lepost.fr/article/2010/01/01/1866303_vous-en-connaissez-des-po-232-tes-c-233-l-232-bres-et-vivants-moi-pas.html#xtor=AL-288

 

** Il ne faut pas généraliser cependant. Il y a des romanciers talentueux souvent poètes ou bien qui écrivent comme les poètes

dans un souci de la forme, de l'ellipse, de la concision et d'une maîtrise dans le choix des mots.


* Et aussi sur Rue89, Agoravox, Lepost.fr et Lemague...







 

Commenter cet article