Les tribulations d'Éric Dubois.

POEMES

2 Mai 2020, 17:12pm

Publié par Les Tribulations d'Eric Dubois

 

 

 

Mica du geste

impair du temps

 

 

Sons mouvements

du cercle

 

Vaquer dans l'oubli

perdre l'eau du ciel

 

Briser l'amertume

dans les mots

 

Absence de la pierre

 

Sinuosité

 

Viscosité

 

L'ensemble se tend

fragile

 

On a les pouvoirs

de l'aube

 

L'exemple du soleil

 

Quelqu'un en surface

cherche

 

 

La morsure de l'oubli

est profonde

 

 

 

 

Mars 2014

 

 

***

 

 

Les pierres

elles coulent

 

dans les mots

les parfums

 

 

Chaque espace de vie

est serti dans l'absolu

 

 

Définition de l'image

faux raccords

 

 

La vie comme un seul film

 

 

dans le mur avec des gestes

appuyés

 

 

La provocation du silence

 

 

Dans le doute

on organise des spectacles

 

 

Au bruit préférer la plénitude

 

 

 

 

 

Octobre 2014

 

 

 

***

 

La nuit a les gestes d'une écorchée

 

dans la pierre le soupir

 

 

Il y a ces moments de latence

 

où le sexe est brisure

 

 

Chaque fantôme convoque

 

des regrets éternels

 

 

Amours disparus aux bras

 

des souvenirs

 

 

Et ces intermittences

 

où le port est souverain

 

 

Quand les océans transmettent

 

un peu de chair à l'aube

 

 

Un peu de lumière

 

aux mains qui caressent

 

 

Et quelques désirs

 

aux lits provisoires

 

 

Enfin l'inconnu apparaît

 

 

et rend visible les chagrins

 

 

Dans la douleur de l'effacement

 

 

 

Juin 2014

 

 

***

 

 

 

 

L’ombre étant l’ombre – séquence indirecte de l’absolution – l’ombre étant carrée – l’ombre pavée – séquence des mots – syllabiques

absences  - on oublie le tronc commun- dieu  – dieu/cosmos – l’ombre étant l’ombre –  mouvements des mots – cheville ouvrière – silence !

Le christ messager vous dit assez – aux marchands du temple – mot dieu -

L’ombre étant l’ombre – dans les angles vifs -

l’ombre cède à l’inutile

la vacuité

 

 

 

 

Janvier 2019

 

 

 

 

ERIC DUBOIS 

 

 

( Un échantillon de poèmes parus initialement dans la revue littéraire en ligne La Cause Littéraire )

Commenter cet article