Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les tribulations d'Éric Dubois- Journal.

TEXTE DE JÉROME GÉNITRON RUFFIN - LES VASES COMMUNICANTS DE MAI 2015

30 Avril 2015, 16:19pm

Publié par ERIC DUBOIS

Ce mois-ci , dans le cadre des Vases Communicants , le blog "Les tribulations d'Eric Dubois " accueille un texte de  Jérôme Génitron Ruffin  ( merci ).

 

 

 

 

 

A peine était-il touché par une suite de mottes illisible qu’aussitôt jaillissait en lui une première enfilade de perspective infini, un mince filet d'eau électrique s’étirant du robinet aux arbres qui fuyaient, chargé d'une unique supposition claire comme un tour d'écrou, les milles plis de l'antre à travers lesquels, le roman de l’être imprimait sur son absence la symphonie cosmique de sa présence qui s’annonçait ; il ne lisait que les premières pages des romans, l'ouverture des nouvelles lui suffisait ; et ce n’était pas par orgueil qu'il congédiait ensuite l'auteur, mais par une sorte d’hédonisme subtil de la pensée, une jalousie qui devait se convertir en son contraire, une occasion de rêver qui devait devenir toute l’éternelle ignorance de l’éphémère graphologie; parfois au cou d'une femme il retrouvait cet enchevêtrement sans substance, cette superposition du parfum et du corps tour à tour immergé ou le contenant comme un trait de caractère, une fragrance physique d'amour, l'odeur de la chair que la lecture pourrissait d'un message, les informations se perdaient, se contredisaient ostensiblement comme des boutons sortant de leur brides ouvraient à cet état sublime de supposition, où les espèces empiètent sur le genre, où la logique tremble, vacille et l'intelligence défige son immobilité ; le rêve est une gréve immensément vide, où repose sur le flanc un paquebot éventré et hagard, respirant couvert d'algues, la rouille que sucent les moules, plantées dans sa coque comme la couronne d'épine qui revêt d’écaille méthodique les ailes, du vol laissant faner ses failles pour qu'elles le portent à nouveau vers les hauteurs inaccessibles de l'air sifflant au point de vue; il ne rejetait pas sa tête en arrière dans le fauteuil de haut dossier, comme le font les rêveurs occasionnels, non, il se figeait dans la position où l’hôte était venu le visiter, et un regard extérieur aurait en le voyant, aussitôt compris que rien de ce qu'il voyait et entendait n'avait plus de réalité immédiate pour lui ; comme un enfant il enfouissait sa tête sous l'eau pour voir nager les poissons; si son corps avait été de verre, le dit spectateur aurait pu voir l’opération de dioptrique qui s’opérait dans cette état d’apesanteur cisaille où l'atome du temps semble faire un saut de chat, se détendre, se détruire lui-même en s'accordant c'est-à-dire laisser à l'esprit une empreinte infinie de ce qui n'existait pas avant qu'il n'y consente; s'il avait été transparent, son corps au moment de la rêverie aurait ressemblé à une pellicule de film qui se dédouble par la tranche, se défile littéralement, et se dévoile lentement, en volume, en donnant de l’épaisseur à la pensée, à ce qui n'en a aucune, et jamais, jamais, les apparences ne se rejoignent plus tout à fait ; des images se seraient superposées sans que la confusion ne s'installe, des assertions étranges auraient traversé le cœur d'une symphonie de milles voies concertantes disant toute autre chose ; et, venant de nulle part, comme surgi d'un élargissement insoupçonnable de l'espace, d'un double fond de la conscience qui s'ouvrait dans la brèche du rêve, jamais son père ni sa mère ne lui revenaient, même sous une forme calamiteuse ; qui aurait pu croire que cet homme était fou, puisqu'il disait que cette disparition sans retour était le signe d'autre chose, d'une rétention plus grande que tout force cosmique renouvelant à foison chaque printemps son tapis de fleurs, et il croyait que la science réelle du rêve était de veiller au trou de la route.

 

JÉROME GÉNITRON RUFFIN

 

 

****

 

Vous trouverez sur le blog de  Jérôme Génitron Ruffin

  "Génitron   "   : 

 

 

un texte d'Eric Dubois ( à la date du 1 er Mai 2015 ) dans le cadre des Vases Communicants de Mai 2015  .

 

 

 

 

Plus d'infos sur les Vases communicants :

 

 

http://www.liminaire.fr/liminaire/article/les-vases-communicants

 

 

 

 

 

La listes des blogs participant aux Vases Communicants de Mai 2015 :

 

 

 

http://vasescommunicantsliste.wordpress.com/

 

 

 

 

 

 

 

PRINCIPE DES VASES COMMUNICANTS :

 

 

http://www.facebook.com/group.php?gid=104893605886

 

« …pourquoi ne pas imaginer, le 1er vendredi de chaque mois, une sorte d’échange généralisé, chacun écrivant chez un autre ? Suis sûr qu’on y découvrirait des nouveaux sites… ».( François Bon)

 

 

 C'est le principe des vases communicants, un texte de l'un chez l'autre, un texte de l'autre chez l'un.
Les premiers auteurs à l'avoir fait sont François Bon avec son blog Tiers Livre et Jérôme Denis du blog Scriptopolis.

 

Commenter cet article

Dominique Hasselmann 01/05/2015 11:11

la brèche du rêve parfois ébrèche l'aventurier...