Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les tribulations d'Éric Dubois. Journal de poésie.

TEXTE DE CAMILLE PHILIBERT - LES VASES COMMUNICANTS DE FEVRIER2015

6 Février 2015, 00:00am

Publié par ERIC DUBOIS

Ce mois-ci , dans le cadre des Vases Communicants , le blog "Les tribulations d'Eric Dubois " accueille un texte de Camille Philibert  ( merci ).

 

 

l'effritement du vide de son édifice

 

 

 

Elle-même ne se reconnaît plus dans la rue.

Tu l'as décomposé en ce mois qui s'effrite depuis sa colonisation, lundi.

Si l'une dit oui si dans ce tunnel de métro où elle s'est enregistrée en silence, sans le son, sans le moi que jamais rien.

Elle entend l'attente muette de cette transformation dans une abscisse mal donnée

et que d'un seul saisissement,

pour dépouillée se rendre compte de la rue.

Comment va rien à voir ? Toujours passages à clignotants.
Mais alors avec ce qu'était hier, l'autre moi de ce mois

qu'il existe plus dans les sept espaces d'envahissement.

Structure des pavés à défouir, et prouver que ton vide rempli...

Tu as déclenché les vannes de ses vanités.

De trouilleuse gueuse fouteuse en -euse, tombée sans gueuse.

SI VEINE la coupe. Et de ses lèvres viens.Tu ne délivres que la structure de ses évidées, espère pire.

L'a choisi de sauter de ligne infranchissable,

appréhender la texture de ce qui sera, pour,

pour sûr, tu dégradais la poussière de son édifice

branlant

de ce qui constituerait sa stature et la faisait se poser au centre du rond point, parmi les autres.

Tissus humains jouant le jeu.

Percevoir la face jumelle sans gamelle.

Les fonctions de la ville les uns après les autres - quels que soient les attendus et les hibernés.

La brèche, comment l'as-tu ?

Qui a fait appel derrière.

Système gravitationnel de l'entité.

Dans la porosité des ponts, ainsi sans avoir clair, sans en avoir le coup, sans que jamais la découverte

et c'est juste après, qu'on là

sont là-bas sans son absence

 

 

 

 

 

 

 

 

 

qui habite les cellules, qui dans les noyaux des atomes,

elle peuplade colonisée qui n'a pas su voir

SI PLeINE la coupe. Et de ses fiévres lointaines.

dans une abscisse maladivement  ordonnée, non à cette colonie qui avait dirigé ses frontières initialement et cela

elle, pas à renflouer par l'étrange

le fond de l'océan que c'est étrange

( ne suis plus elle-même

Cela a-t-il déjà existé.

Qui le savait.

apprécier encore plus le jour le jour de l'option.

L'ajout de l'option.

Tendre la joue puis les lèvres à la coupe, il y a éloigné de ça aux là-bas dans le froid.

Tant va la coupe aux lèvres qu'à la fin elle se brise

en poussières cendreuses

geuses

quand s'effrite dans l'air )

 

 

 

SI PeINE la coupe. Et de ses lèvres lointaines...

et que plus rien n'est reconnaissable

que défaire son œuvre,

embrouiller la vue qu'est ce qui se ressemble

quand es passé par là,

qu'est-ce donc, ne rien reconnaître tout ce qui a changé tout ce qui fait que tu n'es

La minutieuse seconde de déconstruction qui n'en finit

pas de se transférer sur ta géolocalisation...

Inconnue dans une abscisse mal ordonnée

 

 

 

 


 

CAMILLE PHILIBERT

 

Ecrivain, blogueuse.

http://camillephi.blogspot.fr/

 

Un texte dans Nerval.fr :

 

http://nerval.fr/spip.php?article79

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

****

 

Vous trouverez sur le blog de  Camille Philibert

  "la pelle est au tractopelle ce qu'est la camomille à camille  "   : 

 

 

un texte d'Eric Dubois ( à la date du 6 Février 2015 ) dans le cadre des Vases Communicants de Février  2015  .

 

 

 

 

Plus d'infos sur les Vases communicants :

 

 

http://www.liminaire.fr/liminaire/article/les-vases-communicants

 

 

 

 

 

La listes des blogs participant aux Vases Communicants de Février 2015 :

 

 

 

http://vasescommunicantsliste.wordpress.com/

 

 

 

 

 

 

 

PRINCIPE DES VASES COMMUNICANTS :

 

 

http://www.facebook.com/group.php?gid=104893605886

 

« …pourquoi ne pas imaginer, le 1er vendredi de chaque mois, une sorte d’échange généralisé, chacun écrivant chez un autre ? Suis sûr qu’on y découvrirait des nouveaux sites… ».( François Bon)

 

 

 C'est le principe des vases communicants, un texte de l'un chez l'autre, un texte de l'autre chez l'un.
Les premiers auteurs à l'avoir fait sont François Bon avec son blog Tiers Livre et Jérôme Denis du blog Scriptopolis.

 

TEXTE DE CAMILLE PHILIBERT - LES VASES COMMUNICANTS DE FEVRIER2015
TEXTE DE CAMILLE PHILIBERT - LES VASES COMMUNICANTS DE FEVRIER2015
TEXTE DE CAMILLE PHILIBERT - LES VASES COMMUNICANTS DE FEVRIER2015
TEXTE DE CAMILLE PHILIBERT - LES VASES COMMUNICANTS DE FEVRIER2015
TEXTE DE CAMILLE PHILIBERT - LES VASES COMMUNICANTS DE FEVRIER2015

Texte, photos, vidéo :  © Camille Philibert

Commenter cet article

Dominique Hasselmann 06/02/2015 16:12

A la hachure du texte correspond le déhanchement du Vine (corsé ou décorseté), j'aime bien cette introduction-là.